Pharmacopée

La pharmacopée chinoise

En Chine, les plantes médicinales constituent un « trésor national »
et sont très largement utilisées, de manière tant préventive que curative.

La pharmacopée n'est qu'une des 5 pratiques de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC) pour entretenir ou restaurer la santé
les 4 autres étant : l'acupuncture, la diététique chinoise, le massage Tui Na et les exercices énergétiques (Qi Gong et Tai-chi).

Dans son pays d'origine, la pharmacopée chinoise est la première approche privilégiée; on la considère comme plus puissante que l'acupuncture.

Expérimentée depuis plus de 3 000 ans, la pharmacopée chinoise recèle quelques milliers de substances, dont environ 300 sont d'usage courant. Même si une grande partie des connaissances qui sont propres à cette pharmacopée découle d'une pratique traditionnelle populaire – avec des variations d'une région à l'autre, les médecins chinois ont accumulé un volumineux corpus de données au fil du temps.

Aujourd'hui, la pharmacologie et la recherche continuent d'approfondir cette science,
tandis que les praticiens contemporains élaborent de nouveaux traitements, de mieux en mieux adaptés aux maux de notre époque.

La pharmacopée chinoise est donc une approche vivante. Ceci dit, compte tenu du contexte actuel où ce ne se sont certainement plus, comme dans le temps sans doute, de petits herboristes qui vont couper leurs herbes aux aurores avec leur petite serpe en or (éventuellement) et (sans doute) beaucoup d’amour, mais bien de grosses coopératives industrielles qui ont pris la main avec super production et gains gigantesques comme unique objectif, il est certain que la traçabilité, la qualité technique et environnementale des produits est sans doute à considérer avec beaucoup de précautions.

Il serait sans doute bien plus prudent d’adapter l’intelligence de la pharmacopée chinoise millénaire à notre phytothérapie
(les herbes et plantes près de chez nous, dans un rayon de 50km) en adaptant les formules «chinoises» aux produits «de chez nous».

De plus, la pharmacopée chinoise utilise encore des produits issus d’espèces en voie de disparition et/ou objet de convoitise (Corne de rhinocéros, défense d’élephant, ...) et ça, vous en conviendrez sans doute, c’est parfaitement inacceptable.
Le travail est en cours.